LA SAISON CULTURELLE

Expositions, musées, monuments, quartiers ..., CONSULTEZ :

1 – Les visites d’OCTOBRE à FÉVRIER

2 – Les visites de MARS à JUIN

3 - Le CALENDRIER

Jean-Luc Robert, relations avec le public :

06 80 63 33 58 / 01 42 09 36 42 / 06 78 31 56 53

1 - Les visites d’OCTOBRE à FÉVRIER


Jean-Luc Robert, relations avec le public
06 80 63 33 58 / 01 42 09 36 42 /06 78 31 56 53


1 - Les visites d’OCTOBRE à FÉVRIER
2 - Les visites de MARS à JUIN
3 - Le CALENDRIER



 Pour les visites en intérieur, sont prescrits : port du masque & lavage des mains au gel hydroalcoolique fourni sur place. 
____________________


L'HÔTEL DE LAUZUN ET L'ÎLE SAINT-LOUIS 


RdV devant l'hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou 75004

MÉTRO 

Pont-Marie sortie   pont-Marie
Saint-Paul-Le Marais
BUS 67,72 Pont-Marie – 67,86,87 Pont Sully-Quai de Béthune

Le tarif 20€ comprend l'entrée, la conférence dans les salles et la visite du quartier

L'hôtel de Lauzun conserve son décor hérité du Grand-siècle, avec lambris, plafonds, miroirs dignes de Vaux-le-Vicomte dont il est le strict contemporain. L'hôtel de Lauzun, ou hôtel Pimodan, est un hôtel particulier de l'île Saint-Louis, construit entre 1657 et 1658 par l'architecte Charles Chamois pour le financier Charles Gruyn, qui aurait inspiré le personnage du Bourgeois gentilhomme. Il est décoré par le peintre Michel Dorigny (1616-1665), élève et gendre de SimonVouet, qui hérite de l'atelier du maître après sa mort en 1649. Il est acheté et habité en 1682 par le duc de Lauzun, en 1685 par le marquis de Richelieu jusqu’en 1709.

Charles Baudelaire y habite d'octobre 1843 à septembre 1845, au dernier étage, dans un petit appartement donnant sur la cour.

L'édifice est classé monument historique en 1906. Depuis 1928, il est propriété de la ville de Paris. L’intérieur est parfaitement conservé depuis le Grand siècle. Nous y passerons une heure, avant de parcourir quais et rues de l’Île-Saint-Louis, légitimement surnommée l’île des palais.









réservation Lauzun (CB, virement, chèque)
 visites en septembre-décembre 2020 
Vente de billets en ligne
____________________

LE TRIBUNAL DE PARIS, NOUVEAU PHARE DE LA JUSTICE PARISIENNE

tribunal de Paris


RdV hall d'accueil du Tribunal de Paris, après le contrôle de sécurité
adresse : Parvis du tribunal de Paris 75017 Paris

METRO 13 / RER C : Porte de Clichy–Tribunal de Paris
sortie   Avenue de la Porte de Clichy-Tribunal de Paris
TRAM 3b / BUS 54, 74, 138, 173, 528 Porte de Clichy


Le tarif 15€ comprend la visite et la conférence dans le bâtiment et les salles d'audience.
Interdiction absolue de photographier pendant une audience.

Le projet conçu par Renzo Piano se développe harmonieusement en 3 ensembles physiques, fonctionnellement distincts :
le SOCLE abrite l’espace public avec les accueils et les salles d’audience,
au-dessus du socle, l'IMMEUBLE DE GRANDE HAUTEUR (IGH), à 160 m, accueille sur 3 blocs bien marqués, les 38 étages des bureaux des magistrats et des fonctionnaires,
dans le prolongement du socle, le long des anciennes fortifications de Thiers, en proximité directe de la direction régionale de la police judiciaire (DRPJ), le BASTION favorise les synergies des missions nécessitant des mesures de sécurité spécifiques, dont les attentes gardées. 

Le tribunal de Paris permet aujourd’hui de regrouper l'essentiel des activités en première instance de la justice parisienne au sein d’un bâtiment moderne et exemplaire, conçu par l’architecte de renommée mondiale, Renzo Piano. Il s'agit non seulement de réunir les services du tribunal de grande instance de Paris jusqu'ici éclatés sur une dizaine de sites, mais aussi d’accueillir désormais les 20 tribunaux d'instance d'arrondissement, fusionnés en un seul tribunal d'instance compétent sur l'ensemble de la ville de Paris.

Le tribunal des affaires de sécurité sociale de Paris fusionne avec le tribunal du contentieux de l’incapacité et de constituer, au 1er janvier 2019, le futur pôle social du tribunal de grande instance. Au sein du tribunal de Paris, qui a ouvert ses portes le 16 avril 2018, tout type d’affaires sera traité : aussi bien les divorces, les tutelles et l'ensemble des procédures civiles que le contentieux routier, la délinquance ordinaire, la criminalité organisée, le terrorisme ou les affaires économiques et financières. Cette opération d’envergure pour la justice parisienne sera de nature à améliorer significativement le service rendu aux justiciables, comme elle facilitera l’exercice des professionnels qui vont constituer une nouvelle communauté judiciaire, étendue aux avocats du barreau de Paris et aux agents de la direction régionale de la police judiciaire (DRPJ).



réservation Tribunal de Paris (CB, virement, chèque)
Vente de billets en ligne
____________________

expo ESPRIT, ES-TU LA ? LES PEINTRES ET LES VOIX DE L'AU-DELÀ



RdV musée Maillol, à l'extérieur, 61 rue de Grenelle 75007


METRO
12 rue du Bac
10 Sèvres-Babylone sortie 
3   boulevard Raspail

BUS 63,68,69,84,87,94 rue du Bac-René Char - 63,83,68,84,94 Varenne-Raspail

N’achetez AUCUN billet d'entrée
 
Le tarif 14€ :
  • comprend la conférence devant les œuvres et les écouteurs
  • ne comprend pas le billet d’entrée coupe-file à régler en espèces au point de RdV :
    • 12€ normal
    • gratuit : handicapé, moins de 7a, journaliste
Une exposition qui vous sortira des sentiers battus !

Elle révèle l’œuvre d’une sélection d’artistes spirites autour de trois figures principales de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle : Augustin Lesage, Victor Simon et Fleury-Joseph Crépin. Le parcours chronologique, historique et thématique présente plus d’une centaine d’œuvres issues de collections européennes, publiques et privées.
Originaires tous trois du Nord de la France et de milieu modeste, mineurs, plombiers ou cafetiers, rien ne les prédestine à la peinture, jusqu’à que ce que des voix les enjoignent à le faire. Naissent alors des œuvres étranges, d’une minutie exceptionnelle et d’une grande qualité plastique, conçues comme des édifications spirituelles, associant des influences et des motifs d’origines disparates : chrétiennes, hindoues, orientales ou inspirées de l’Égypte pharaonique.
L’ornement et la symétrie dominent dans leurs œuvres. Le courant spirite, apparu aux États-Unis au milieu du XIXe siècle, fait des émules en Europe. Communiquer avec les esprits devient rapidement un phénomène de société, favorisé par les guerres, puis cultivé par les milieux intellectuels. Les surréalistes André Breton ou Victor Brauner sont parmi les premiers à collectionner les œuvres de ces artistes, jusqu’à Jean Dubuffet.

À travers des documents d’archives, des œuvres contemporaines, des installations, et des vidéos, l’exposition souligne la survivance des pratiques spirites et leur rayonnement au-delà de la peinture.











réservation Esprit, es-tu là? (CB, virement, chèque)
Vente de billets en ligne
____________________
 

LA GALERIE DORÉE DE LA BANQUE DE FRANCE, visite privée


RdV Banque de France 2 rue Radziwill 75001


MÉTRO 
    3  Bourse sortie   rue Notre-Dame des Victoires
1, 7  Palais-Royal sortie  3  rue Saint-Honoré
7,14 Pyramides sortie   avenue de l'Opéra
RER A B D Châtelet-les-Halles sortie   porte du Jour
BUS 29 Victoires - 39 Sainte-Anne-Petits Champs - 74, 85 Louvre-Étienne Marcel

Le tarif 20€ comprend la visite et la conférence dans les salles.
pièce d'identité obligatoire 

C'est une visite exceptionnelle à laquelle je vous convie. L'hôtel de La Vrillière fut construit vers 1640 par l'architecte François Mansart, pour Louis Phélipeaux de La Vrillière, secrétaire d'État. Amateur d'art italien, il y fit bâtir, pour abriter ses collections, une fastueuse galerie de 40 mètres de long, avec un plafond à fresque peint par François Perrier, dans l'esprit de la galerie d'Apollon du Louvre. 

le comte de Toulouse
Dix grandes toiles sont peintes par les plus grands maîtres italiens du XVIIe siècle, tels que Le Guerchin, Guido Reni, Pierre de Cortone, Carlo Maratta... En 1705, Louis II Phélypeaux de La Vrillière cède l'hôtel à Louis Raullin-Rouillé, riche fermier des Postes. En 1713, la veuve de ce dernier vend l'hôtel à Louis Alexandre de Bourbon, comte de Toulouse, fils légitimé de Louis XIV et de madame de Montespan. La demeure prend le nom d'hôtel de Toulouse. Le comte de Toulouse la fait réaménager par Robert de Cotte, premier architecte du roi. 
La grande galerie reçoit un nouveau décor de lambris dorés, devenant ainsi la Galerie dorée, modèle du style Régence et de l'esprit baroque. À la mort de Toulouse, en 1737, l'hôtel passe à son fils, Louis de Bourbon, duc de Penthièvre. En 1808, la Banque de France achète l’hôtel pour en faire son siège social. Ce siège connaîtra une extension particulièrement importante, notamment avec la fameuse salle dite « la souterraine »




réservation Galerie dorée (CB, virement, chèque)
Vente de billets en ligne
____________________

expo GIORGIO DE CHIRICO, LA PEINTURE MÉTAPHYSIQUE

Rdv musée de l’Orangerie, à l'extérieur,  jardin des Tuileries

METRO 1, 8, 12 Concorde sortie   musée de l'Orangerie Jardin des Tuileries
RERmusée d'Orsay puis passerelle L.S. Senghor
BUS 42,45,52,72,73,84,94 Concorde –72 Concorde-Quai des Tuileries – 42,73 Concorde-Cours-la-Reine

N’achetez AUCUN billet d’entrée 
    Le tarif 27€ comprend l'entrée coupe-file, les écouteurs, la conférence devant les œuvres.

    L’exposition retrace le parcours et les influences artistiques et philosophiques qui ont nourri l’artiste, de Munich à Turin, puis à Paris où il découvre les avant-gardes picturales de son temps et enfin à Ferrare.

    De manière inédite, sont mis en lumière les liens du peintre, découvert par Apollinaire puis soutenu par le marchand Paul Guillaume, avec les cercles culturels et littéraires parisiens. Né en Grèce et formé dans le creuset de la culture classique et du romantisme allemand tardif, De Chirico développe les fondements d’une nouvelle conception artistique aux côtés de son frère cadet Alberto Savinio.

    Élève à l’Académie des Beaux-arts de Munich à partir de 1908, il découvre la pensée de Nietzsche et Schopenhauer ainsi que les œuvres de Böcklin et de Klinger. Après un passage à Milan puis Florence, c’est cependant à Paris dès l’automne 1911, qu’il met en place un vocabulaire plastique singulier au contact des révolutions modernistes.
    Il est vite remarqué par certaines personnalités artistiques de son temps. Guillaume Apollinaire, Maurice Raynal, André Salmon, André Breton, Paul Éluard, Jean Paulhan sont parmi les premiers à s’intéresser à son œuvre et à le promouvoir.







    réservation Giorgio de Chirico (CB, virement, chèque)

    Vente de billets en ligne
    ____________________

    expo CÉZANNE ET LES MAÎTRES. RÊVE D'ITALIE

    musée Marmottan Monet

    RdV musée Marmottan, À L’EXTÉRIEUR 2 rue Louis-Boilly
    MÉTRO 9 La Muette sortie   Chaussée de la Muette
    RER C
     Boulainvilliers
    BUS 
    22, 52 La Muette–Boulainvilliers – 32 Ranelagh - 32 Louis Boilly – 63 Porte de la Muette - PC Ernest Hebert
    N’achetez AUCUN billet d'entrée 
    Le tarif 14€ :
    • comprend la conférence devant les œuvres + écouteurs
    • ne comprend pas le billet d’entrée coupe-file, à régler en espèces au conférencier qui vous remettra votre billet :
    • 12€ normal
    • gratuit : handicapé, moins de 7a, journaliste

    800px-Paul_C%25C3%25A9zanne_-_Montagne_Saint-victoire.jpg
    Pour la première fois l’œuvre de Cézanne est mise en regard de chefs-d’œuvre des plus grands maîtres italiens, du XVIIe au XIXe siècle. Ainsi une exceptionnelle sélection de toiles de Cézanne dont l’iconique Montagne Sainte-Victoire, les incontournables Pastorale et natures-mortes, feront face à un rare ensemble de peintures anciennes signées Tintoret, Greco, Ribera, Giordano, Poussin, et pour les modernes Carrà, Sironi, Soffici, Pirandello sans oublier Boccioni et Morandi.
    Riche d’une soixantaine de chefs-d’œuvre provenant des plus importantes collections publiques et privées (musée du Louvre, d’Orsay, National Gallery of Art de Washington, collection Thyssen-Bornemisza de Madrid, Pola Museum de Kanagawa, Walker Art Gallery de Liverpool, …), la première partie du parcours met en évidence l’impact de la culture latine dans l’œuvre de Cézanne et la manière dont l’Aixois s’est nourri de l’exemple de ses illustres prédécesseurs pour asseoir une peinture « nouvelle ». Forte de cette italianité, il n’est pas étonnant que l’expérience de Cézanne ait aussi marqué les artistes de la péninsule. La dernière section de l’exposition illustre ainsi l’influence décisive de Cézanne sur les grands maîtres du Novecento italien. Revisitant ses recherches, des œuvres de Carrà, Morandi, Boccioni, etc. soulignent la valeur intemporelle de l’œuvre de Cézanne, pivot de l’art du XXe siècle.


    réservation Cézanne et les maîtres (CB, virement, chèque)
    samedi 14 novembre 11:00 : visite réservée aux personnes en activité professionnelle
    Vente de billets en ligne
    ____________________

    expo GABRIELLE CHANEL, MANIFESTE DE MODE 


    RdV billetterie Palais Galliera, 10 avenue Pierre-Ier-de-Serbie 75116 Paris

    METRO 
    Alma-Marceau sortie   avenue du Président-Wilson escalator 
    Iéna sortie   rue Boissière
    RER C Pont de l'Alma, sortie Pont de l'Alma
    BUS 32, 63 Iéna, 42,63,80 Alma-Marceau, 72 musée d'art moderne-palais de Tokyo, 32, 92 Marceau-Pierre Ier de Serbie-place de Beyrouth

    Le tarif 14€ comprend la conférence dans les salles et le droit de visite ; il ne comprend pas l'entrée à régler en espèce au conférencier :

    • 12€ tarif normal ;
    • gratuit : moins de 18a, handicapé+acc., demandeur d'emploi, minima sociaux, artiste, journaliste, carte Paris Musées, habitant de Rome, fonctionnaire ville de Paris.

    Réouverture du Palais Galliera : première rétrospective en France consacrée à Gabrielle Chanel (1883-1971). Dans ces années où Paul Poiret domine la mode, Gabrielle Chanel, va dès 1912, à Deauville, puis à Biarritz et Paris, révolutionner le monde de la couture, imprimer sur le corps de ses contemporaines un véritable manifeste de mode. Ses débuts sont marqués par des pièces mythiques dont la marinière en jersey de 1916 ; le style de Chanel évolue vers l’allure "chic" : des robes noires et modèles sport des Années folles jusqu’aux robes sophistiquées des années 30.
    Le N°5, créé en 1921, quintessence de l’esprit de « Coco » Chanel, a sa propre salle.
    Le premier parcours est articulé en dix chapitres, ponctués de dix photographies de Gabrielle Chanel ; elles affirment combien la couturière a incarné sa marque. Avec la Seconde guerre, la maison de couture ferme ; seuls subsistent au 31 rue Cambon les parfums et les accessoires. Viennent ensuite Christian Dior et le New look, ce style corseté que conteste Chanel à son retour à la couture en 1954 où, à contre-courant, elle réaffirme son manifeste de mode.

    La seconde partie invite à décrypter ses codes vestimentaires : tailleur en tweed gansé, escarpin bicolore, sac matelassé 2.55, couleurs noir et beige bien sûr, et aussi rouge, blanc et or... sans oublier les bijoux fantaisie ou de haute joaillerie indispensables à la silhouette Chanel. Sur une surface de 1500 m² – dont les nouvelles galeries ouvertes en rez-de-jardin, 350 pièces sont issues des collections de Galliera, du patrimoine CHANEL, du Victoria & Albert Museum (Londres), du De Young Museum (San Francisco), le Museo de la Moda (Santiago), du MoMu (Anvers) 
    et de collections particulières, cette exposition est une invitation à découvrir un univers et un style intemporels.




    réservation Chanel (CB, virement, chèque)
     visites en novembre-décembre 2020 
    Vente de billets en ligne
    ____________________

    expo LE CORPS ET L’ÂME, SCULPTURES DE LA RENAISSANCE EN ITALIE DE DONATELLO A MICHEL-ANGE

    musée du Louvre


    RdV sous la Pyramide, au pied du pilier central :


    MÉTRO 
    1,7 Palais-Royal-musée du Louvre sortie  1  passage Richelieu Musée du Louvre,  2  Place du Palais Royal escalator
    14 Pyramides sortie   avenue de l'Opéra
    RER A B D Châtelet-les-Halles sortie   porte du Louvre
    BUS 27,39,68,69,95 musée du Louvre – 21,67,69,72,81 Palais-Royal-musée du Louvre – 21,27,39,81,95 Palais-Royal-Comédie-Française – 21,81 Saint-Honoré-Valois – 27,69,72 Quai François Mitterrand – 74,85 Louvre-Rivoli

     N’achetez AUCUN billet d'entrée 
    • Le tarif 32€ pour auditeur SANS gratuité d’entrée comprend : le billet d’entrée coupe-file, les écouteurs, la conférence devant les œuvres
    • Le tarif 15€ pour auditeur AVEC gratuité d’entrée comprend : les écouteurs, la conférence devant les œuvres :
        • Ami du Louvre, demandeur d'emploi, minima sociaux, handicapé+acc, moins de 26a, Paris-museum pass, Pass éducation, auditeur&élève École du Louvre, artiste, journaliste (avec justificatif à jour)
        • vérifiez votre droit à gratuité d'entrée : cliquez ici


      Grâce à plus de 150 œuvres, l’exposition, organisée avec le musée du Castello Sforzesco de Milan, dégage les principales lignes de force qui cheminent en Italie durant la seconde moitié du Quattrocento pour aboutir, au début du 16e siècle, à un moment d’apogée de la sculpture de la Renaissance. La représentation de la figure humaine dans la diversité de ses mouvements prend alors des formes extrêmement novatrices.
      Ces recherches sur l’expression et les sentiments sont au cœur des démarches des plus grands sculpteurs de la période, depuis Donatello jusqu’à l’un des créateurs les plus célèbres de l’histoire, Michel-Ange. L’exposition propose d’aller à la découverte d’artistes moins connus, d’admirer des œuvres difficilement accessibles de par leur lieu de conservation, afin de les remettre en lumière, mais aussi en contexte. « Le Corps et l’Âme » fait suite à l’exposition « Le Printemps de la Renaissance » présentée en 2013 au Louvre et au Palazzo Strozzi et consacrée aux prémices de l’art de la Renaissance à Florence dans la première moitié du Quattrocento.





      réservation Le corps et l'âme (CB, virement, chèque)
       visites en novembre-décembre 2020 
      Vente de billets en ligne
      ____________________

      expo LES OLMÈQUES ET LES CULTURES DU GOLFE DU MEXIQUE

      musée du quai Branly – Jacques Chirac


      RdV billetterie du musée, niveau Jardin bas (-2), 37 quai Branly 75007 

      RERPont de l’Alma
      METRO
      Iéna sortie   avenue du Président-Wilson 
      Bir Hakeim sortie  place des Martyrs Juifs
      BUS 42 Tour Eiffel,  42,63, 80, 92 Bosquet Rapp, 72 Musée d’art moderne–Palais de Tokyo, 30,82 Varsovie
      BATOBUS Tour Eiffel

      Le tarif 12€ comprend la conférence devant les œuvres ; il ne comprend pas l'entrée à régler en espèces au conférencier qui vous remettra votre billet :

      • 9€ tarif normal
      • gratuit : famille nombreuse, moins de 26 a., demandeurs d'emploi, minimas sociaux, Pass éducation, journaliste, handicapé+acc., pass musée du Quai-Branly


      Plein phare sur la civilisation olmèque et le monde méconnu des cultures précolombiennes du golfe du Mexique. Une plongée fascinante à travers plus de trois millénaires d’histoire, d’échanges et de traditions artistiques.
      C’est au cœur des régions du golfe du Mexique, sur un terrain marécageux situé au sud des états actuels de Veracruz et de Tabasco, que s’est épanouie la culture olmèque – du mot Olmán, « pays du caoutchouc » – donnant naissance à l’une des plus importantes et mystérieuses civilisations mésoaméricaines.
      Une civilisation d’une profonde sensibilité artistique, restée méconnue jusqu’à la deuxième moitié du XIXe siècle, qui a pourtant joué un rôle éminent dans l’histoire du Mexique et de sa région. En témoigne la mise en place d’une pensée et de canons mésoaméricains (économiques, sociaux, politiques, intellectuels et artistiques) qui perdureront jusqu’à la conquête espagnole.
      L’exposition met en lumière la richesse de la culture olmèque et sa diffusion dans le temps (1600 av. è.c. jusqu’à 100 ap. è.c) et l’espace.


      Plus de deux cents pièces, dont certaines sont montrées pour la première fois hors du Mexique, dévoilent l’immense diversité du monde précolombien des cultures du golfe, une dynamique pluriculturelle qui se déploie à travers une multitude de traditions artistiques, croyances et rites, langages, et dans un tissu complexe de relations politiques et économiques. Elle est organisée en collaboration avec l’Instituto Nacional de Antropología e Historia, Mexico.






      réservation Olmèques (CB, virement, chèque)
       visites en novembre 2020 
      Vente de billets en ligne
      ____________________

      expo MAN RAY ET LA MODE



      RdV musée du Luxembourg, dans la cour, 19 rue Vaugirard 75006


      MÉTRO 

        4 Saint-Sulpice, sortie rue Coëtlogon 

      10 Mabillon sortie rue du Four

      12 Rennes sortie  rue du Four

      RER B Luxembourg sortie Jardin du Luxembourg

      BUS 58,84,89 Musée du Luxembourg / 63,70,86,96 Église St-Sulpice / 39,95,83,96 Rennes-Assas / 68,94 Rennes-Raspail


      N’achetez AUCUN billet d'entrée 

      Le tarif 14€ : 
      • comprend la conférence devant les œuvres+écouteurs 
      • ne comprend pas le billet d’entrée coupe-file, à régler en espèces au point de RdV : 
        • 13€ normal 
        •   9€ demandeur d’emploi, 16-25a, fam. nombreuse, artiste 
        • gratuit : Sésame+, moins de 16a, handicapé+acc., journaliste, minima sociaux


        Explorant pour la première fois l’œuvre de Man Ray sous l’angle de la mode, l’exposition met en lumière ses travaux réalisés pour les plus grands couturiers – PoiretSchiaparelliChanel – et les plus grandes revues – VogueVanity Fair et Harper’s Bazaar. Alors que la photographie de mode balbutie encore, Man Ray développe dès 1921 une esthétique nouvelle et moderne, faite d’inventivité technique, de liberté et d’humour. Ses expérimentations et ses clins d’œil surréalistes brouillent les frontières entre l’art et la mode et font de lui l’un des inventeurs de la photographie de mode contemporaine.






        réservation Man Ray et la mode (CB, virement, chèque)
        Vente de billets en ligne
        ____________________

        L’HÔTEL DE PAÏVA, visite privée


        RdV devant l’hôtel de Païva, 25 avenue des Champs-Elysées 75008

        METRO
          1 Franklin Roosevelt, sortie   Rue de Marignan
          9 Franklin Roosevelt, sortie   Rond-Point
        13 Champs-Élysées-Clemenceau sortie   Place Clemenceau-Petit-Palais
        RER A Charles De Gaulle–Étoile, sortie   Champs-Élysées
        BUS 28 32 42 73 80 93 Rond-Point des Champs-Elysées - 32, 73 La Boétie-Champs-Elysées

        Le tarif 20€ comprend l'entrée et la conférence dans les salles (22€ à partir de la 26ème réservation)


        La marquise de Païva est la plus célèbre courtisane du Second empire. Les mystères qu’elle a soigneusement entretenus ont nourri les affabulations les plus variées sur son existence. Née Thérèse Lachmann, probablement en 1819 dans le ghetto de Moscou, d’un père modeste commerçant de tissus, elle est mariée très jeune à un tailleur dont elle a un fils. Très vite, délaissant époux et enfant, elle traverse l’Europe en vivant de ses charmes et arrive à Paris vers 1845.
        Elle y rencontre le pianiste Henri Herz, qui l’introduit dans le milieu des artistes et des écrivains. Elle s’installe ensuite à Londres où elle séduit de richissimes aristocrates tels lord Stanley. De retour à Paris, considérablement enrichie, elle fait la connaissance en 1850 du faux marquis de Païva, joueur désargenté et l’épouse pour son précieux titre, s’en sépare très vite et tombe amoureuse d’un jeune comte prussien, Guido Henckel von Donnersmarck, héritier des mines de fer de Silésie et seconde fortune de Prusse.
        À l’occasion de l’exposition universelle de 1855, elle se fait présenter l’architecte Pierre Manguin et lui commande un hôtel sur les Champs-Élysées, aussi somptueux qu’extravagant, à proximité de célèbres demeures, dont celle du prince Napoléon, cousin de l’empereur. Après de dix ans de chantier, l’hôtel est inauguré en 1866, non sans avoir suscité de nombreuses jalousies. Elle y reçoit des écrivains célèbres, dont son plus fidèle ami, Théophile Gautier, des musiciens, des artistes. Lors de la guerre franco-prussienne de 1870, le couple se retire au château de Pontchartrain que le comte Guido avait offert à la marquise une dizaine d’années plus tôt. Leur mariage a lieu en 1871 alors que le comte fait partie de la délégation prussienne lors des négociations du traité de paix et qu’il est nommé gouverneur d’Alsace-Lorraine. Thérèse est désormais comtesse, mais c’est son titre de marquise qui demeure dans tous les écrits contemporains. Après un accident vasculaire cérébral, la marquise de Païva se retire avec le comte Guido au château de Neudeck, sur les terres silésiennes des Henckel von Donnermsarck et y meurt en 1884.


        réservation hôtel de Païva (CB, virement, chèque)
        Vente de billets en ligne
        ____________________
         
        expo L'ÂGE D'OR DE LA PEINTURE DANOISE

        Petit-Palais

        RdV Petit-Palais, entrée des groupes au rez-de-chaussée

        MÉTRO 
        1,13 Champs-Elysées-Clemenceau sortie   place Clemenceau
        Franklin-Roosevelt sortie   avenue Franklin D. Roosevelt
        RER C Invalides
        BUS 28,32,42,52,73,80,93 Rond-point des Champs-Elysées – 42,73,93 Champs-Elysées-Clemenceau – 32 La Boétie-Champs-Elysées – 72 Grand-Palais - 52 Beauvau

        Le tarif 12€ comprend la conférence devant les œuvres.
        Il ne comprend pas l'entrée 11€ à régler sur place en espèces.

        L’exposition organisée conjointement par le Nationalmuseum de Stockholm, le Statens Museum for Kunst de Copenhague et le Petit Palais inclut plus de 200 œuvres d’artistes phares de cette période comme Christoffer Eckersberg, Christen Købke, Martinus Rørbye ou encore Constantin Hansen. Cette exposition offre l’une des analyses les plus ambitieuses de cette période artistique entreprises depuis de nombreuses années. L’accrochage se concentre sur un certain nombre de thèmes ayant trait aux conditions sociales, politiques, économiques et culturelles du Danemark au XIXe siècle et offre un panorama de sujets familiers tels que la vie à Copenhague, l’artiste au travail, le voyage, la peinture de paysages ou encore la famille. Peintures précises et délicates, ces œuvres offrent une plongée dans le Danemark du XIXe.























        réservation peinture danoise (CB, virement, chèque)
         visites en décembre 2020 

        ____________________


        expo LES ORIGINES DU MONDE. L'INVENTION DE LA NATURE AU XIXème SIÈCLE.
        musée d'Orsay

        RdV musée d'Orsay
        entrée B, à l'extérieur
        1 rue de la Légion d'honneur

        METRO 
        12 Solferino

        RER C musée d'Orsay
        BUS 68,69,73,84,87 musée d'Orsay - bus 63,68,69, 83,84,87,94 Solferino - Bellechasse

        N’achetez AUCUN billet d’entrée 

        Le tarif 27€ comprend l'entrée coupe-file, les écouteurs, la conférence devant les œuvres.



        Le dix-neuvième siècle a connu un développement sans précédent des sciences naturelles. Les grands voyages d'exploration révèlent la diversité du monde et la variété des espèces vivantes ; la géologie découvre l'inimaginable antiquité de la terre et ses transformations au cours du temps ; l'étude des fossiles révèle l'antiquité de la vie et l'existence d'espèces disparues. En 1854, les dinosaures du Crystal Palace à Londres présentent un Jurassic Park avant l'heure. La découverte de l'homme préhistorique questionne : comment le représenter ? Qui était le premier artiste ?
         
        Dans la deuxième moitié du siècle, Darwin et ses adeptes, comme Haeckel en Allemagne, interrogent les origines de l'homme, sa place dans la Nature, ses liens avec les animaux ainsi que sa propre animalité dans un monde désormais compris comme un écosystème. Ce bouleversement dans les sciences, ainsi que les débats publics qui traversent le siècle, influencent profondément les artistes. L'iconographie du singe reflète l'embarras devant nos ancêtres simiesques et la quête fantasmatique du "chaînon manquant".
        L'esthétique symboliste de la métamorphose se peuple de monstres et d'hybrides, de centaures, minotaures, sirènes et autres chimères. Avec les Kunstformen der Natur de Haeckel, la Nature devient artiste. Le monde infiniment petit, la botanique et les profondeurs océaniques inspirent les arts et notamment les arts décoratifs. L'Art nouveau et le symbolisme témoignent d'une fascination pour les origines de la vie, l'ontogenèse et la phylogenèse : formes unicellulaires, animaux marins ou embryonnaires s’insinuent dans des univers indéfinis, dans les secrets de la maternité. Le musée d'Orsay consacre pour la première fois une exposition à la croisée des sciences et des arts, en partenariat avec le Muséum national d'Histoire naturelle, qui retrace les thèmes de ce questionnement et confronte les principaux jalons des découvertes scientifiques avec leur parallèle dans l'imaginaire.



        réservation Les origines du monde (CB, virement, chèque)
        Vente de billets en ligne
        ____________________

        expo MATISSE. COMME UN ROMAN

        Centre Pompidou 


        RdV entrée des groupes avec réservation, À L’EXTÉRIEUR  
        rue Saint-Merri, en face de la Fontaine Stravinsky, sur le coté sud du Centre :

        MÉTRO 
        11 Rambuteau sortie  1 rue Beaubourg Centre Georges Pompidou escalator
        1, 11 Hôtel-de-Ville sortie  2  rue du Renard
        4, 7, 14 Châtelet sortie  10  place Sainte-Opportune
        RER A,B,D Châtelet–les Halles sortie  3  porte Lescot
        BUS 29,38,75 centre Pompidou - 67,69,70,72,74,76,96 Hôtel-de-Ville - 58,81,85 Châtelet - 38 Les Halles-centre Pompidou

        N’achetez AUCUN billet d’entrée 


        le tarif 27€ comprend : entrée coupe-file, écouteurs, conférence devant les œuvres

        À l’occasion du 150è anniversaire de sa naissance, le 31 décembre 1869, le centre Pompidou rend hommage à Henri Matisse, à travers une exposition qui explore l’intrication texte/image. En 1942, Matisse déclare : « L’importance d’un artiste se mesure à la quantité de nouveaux signes qu’il aura introduits dans le langage plastique. » Son œuvre, bouleversant le regard moderne, s’exprime par des techniques infatigablement approfondies : peinture, dessin, sculpture, livres illustrés, jusqu’à l'invention singulière d’un dessin à même la couleur : les gouaches découpées de la fin de sa vie. Divisé en neuf chapitres et autant d’interludes consacrés à l’écriture, un parcours chronologique, de 1890 où l’artiste, au contact des maîtres, élabore son vocabulaire personnel, jusqu’à son œuvre ultime, permet à chaque moment d’embrasser une carrière vécue pour l’art. 
        Des chefs-d’œuvre des collections du Musée national d’art moderne sont déployés avec une ampleur sans précédent. À ce cœur s’ajoutent les prêts des deux musées Matisse : Le Cateau-Cambrésis et Nice. Des prêts du musée de Grenoble complètent l'ensemble, ainsi que des prêts internationaux prestigieux. La générosité de la famille de l’artiste et des collectionneurs privés permet de montrer des œuvres dont certaines n’ont pas été vues en France depuis la rétrospective de 1970 au Grand-Palais.

        réservation Matisse (CB, virement, chèque)
         visites de novembre 2020 à janvier 2021 
        Vente de billets en ligne
        ____________________

        TURNER, PEINTURES ET AQUARELLES DE LA TATE

        RdV musée Jacquemart-André, à L’EXTÉRIEUR 
        158 boulevard Haussmann 75008

        MÉTRO 
          9 St-Philippe-du-Roule sortie  1  rue de La Boétie
        13 Miromesnil sortie   avenue Percier
        14 Saint-Lazare sortie  1  cour de Rome
        RER A Charles-De-Gaulle-Etoile sortie  2  avenue de Friedland escalator
        BUS 22,43,52 Haussmann-Courcelles - 28,32,80,84,93 Haussmann-Miromesnil - 28,32,80,93 St-Philippe-du-Roule

         N’achetez AUCUN billet d'entrée 
        • le tarif 12€ comprend la conférence devant les œuvres. 
        • il ne comprend pas le billet d’entrée coupe-file+écouteurs à régler en espèces au point de RdV :


        La rétrospective de Joseph Mallord William Turner (1775-1851) célèbre incontestablement le plus grand représentant de l’âge d’or de l’aquarelle anglaise, il en exploite les effets de lumière et de transparence sur les paysages anglais ou les lagunes vénitiennes. Les aquarelles vont des œuvres de jeunesse qu’il envoie à la Royal academy aux fascinantes expérimentations lumineuses et colorées de sa maturité. Ces dernières comptent parmi ses œuvres les plus radicales et accomplies. 
        Ce sont 60 aquarelles et quelque 10 peintures à l’huile, dont certaines jamais présentées en France. Outre ses œuvres destinées à la vente, Turner conserve par devers lui un fonds considérable d’œuvres, laissé dans sa maison et son atelier. Avec leur caractère propre, ces esquisses, plus expressives et expérimentales, sont certainement plus proches de sa vraie nature que celles peintes pour le public.
        En 1856, l’Angleterre reçoit un immense legs d’une centaine de peintures à l’huile, études inachevées et ébauches, ainsi que des milliers d’œuvres sur papier : aquarelles, dessins et carnets de croquis.
        John Ruskin, l’un des premiers à étudier l’ensemble, observe que Turner réalise la plupart de ces œuvres « pour son propre plaisir ». Conservé à la Tate Britain, ce fonds révèle toute la modernité de ce grand romantique.
        Le jeune Turner, issu d’un milieu modeste, d’abord autodidacte, travaille chez un architecte, prend des cours de perspective et de topographie, puis entre à l’école de la Royal academy à quatorze ans. Insatiable voyageur, il s'affranchit progressivement des conventions du genre pictural et met au point sa propre technique.
        Le parcours chronologique va des œuvres de jeunesse d’un certain réalisme topographique à celles de la maturité, plus radicales et accomplies, fascinantes expérimentations lumineuses et colorées. Des aquarelles achevées et des huiles illustrent leur influence sur la production publique de Turner, ces œuvres personnelles demeurent aussi fraîches et spontanées que lorsqu’elles sont nées sur le papier.





        réservation Turner (CB, virement, chèque)
         visites en décembre-janvier 2021 
        Vente de billets en ligne
        ____________________


        LE PALAIS-GARNIER, LÉGENDES ET SORTILÈGES
         
        Palais-Garnier

        RdV Palais-Garnier 8 rue Scribe, à l'extérieur


        MÉTRO 

        3,7,8 Opéra sortie  Place de l'Opéra, Opéra Garnier
        9
        Chaussée-d'Antin sortie   rue Halévy
        RER A
        Auber, sortie   rue Auber
        BUS 20 21 27 29 32 45 52 66 68 95
        Opéra - 68 45 Opéra-Scribe - 27 29 32 66
        Auber

        le tarif comprend le billet d’entrée coupe-file, la conférence palais/expo, les écouteurs :

        • 22€ normal
        • 21€ 12-25 ans, abonné Opéra
        • 14€ demandeur d'emploi, minima sociaux, handicapé+acc., moins de 12a.

        Le Palais-Garnier représente la quintessence du style éclectique du Second empire, il rassemble sur un même chantier les artistes les plus célèbres de leur temps, ainsi qu’une somme de matériaux parmi les plus luxueux ou les plus délicats. Les 33 variétés de marbre venues du monde entier, les délicates mosaïques de verre de Venise, les soieries lyonnaises du Grand foyer, les tapisseries de Gobelins ou l’immense lustre de la salle.
        Sans certitude qu'elle se tienne, l'exposition "L'aventure du Ring en France" : Créé au tout nouveau Festspielhaus de Bayreuth en 1876, Der Ring des Nibelungen de Richard Wagner révolutionne l'art lyrique et conquiert rapidement les plus grandes scènes européennes. Il faut cependant attendre 1911 pour que le cycle complet de la Tétralogie fasse son entrée au répertoire de l'Opéra de Paris, quelques années après les premières productions françaises en province.


        Conçu par Wagner comme un Gesamtkunstwerk – une oeuvre d'art totale – ce "Festival scénique" aux dimensions colossales, fortement ancré dans l'imaginaire germanique de la fin du XIXe siècle, représente aujourd'hui comme hier un véritable défi pour les chefs d'orchestre et les metteurs en scène. Entre tradition et modernité, fidélité au texte et adaptation à la sensibilité artistique, sociale ou politique du moment, la question de l'interprétation est au coeur de leurs choix esthétiques. C'est cette aventure du Ring en France que proposent de faire découvrir la BnF et l'Opéra de Paris à l'occasion de la nouvelle production de la Tétralogie en 2020.




        réservation Garnier (CB, virement, chèque)
        Vente de billets en ligne
        ____________________


        expo HYACINTHE RIGAUD OU LE PORTRAIT SOLEIL

        château de Versailles

        RdV château de Versailles, cour d'honneur, entrée B

        RER C Versailles château-Rive gauche horaires
        BUS 171 château de Versailles (depuis Pont de Sèvres)
        TRANSILIEN L Versailles-rive droite horaires (depuis Saint-Lazare)
        TRANSILIEN N Versailles-chantiers horaires (depuis Montparnasse)


        N’ACHETEZ AUCUN BILLET D’ENTRÉE



        Le tarif 12€ comprend la conférence ; il ne comprend pas l’entrée coupe-file 15€, à régler en espèces au conférencier qui vous remettra votre billet au point de rendez-vous.


        Première rétrospective consacrée au peintre du plus célèbre des portraits de roi, Hyacinthe Rigaud a dominé pendant près d'un siècle le genre auquel il a donné de nouveaux codes. L’exposition s’attache à décrire la carrière de Rigaud, de ses débuts en Catalogne jusqu'à sa consécration à Paris. Les autoportraits sont particulièrement mis en valeur. Une section entière, spectaculaire, est consacrée aux portraits de Louis XIVLe processus de création des portraits, du choix de leurs formats à leur diffusion par la gravure auprès du plus grand nombre, en passant par la création de dessins et la présentation d'esquisses aux modèles, les portraits reflètent toute la diversité de la clientèle de Rigaud, française et étrangère.


        Une place est faite à sa sensibilité pour la sculpture : en 1695, son dernier séjour en Catalogne est motivé par le désir de fixer les traits de sa mère, née Marie Serre, et de les faire traduire en marbre par Antoine CoysevoxL’exceptionnelle richesse des collections du château de Versailles est sans équivalent dans le monde pour les portraits français des XVIIe et XVIIIe siècles. Longtemps dédaigné par l’histoire de l’art, ce genre est aujourd’hui mieux apprécié. La rétrospective Hyacinthe Rigaud ne pouvait se tenir qu’au château de Versailles tant son portrait de Louis XIV constitue aujourd’hui l’emblème même du Grand siècle.




         



        réservation Rigaud (CB, virement, chèque)
         visites en janvier 2021 
        ____________________


        LA FRANC-MAÇONNERIE EN SON MUSÉE, VISITE D'UN TEMPLE DU GRAND ORIENT DE FRANCE

        musée de la franc-maçonnerie

        RdV devant le Grand orient de France, 16 rue Cadet 75009


        METRO 

             7 Cadet
        8-9 Grands boulevards sortie  boulevard Montmartre escalator
        BUS 26,43,45,85 Cadet - 74,85 Provence-faubourg Montmartre

        Le tarif 12€ comprend l'entrée et la conférence devant les œuvres et dans le temple. Il ne comprend pas l'entrée à régler au conférencier en espèces au point de rendez-vous :
        • 7€ tarif normal
        • 5€ plus de 60 a., étudiants, moins de 26 ans, personnels des ministère de la culture et de l'éducation.
        • gratuité : moins de 18 a., demandeurs d'emploi, journalistes, ICOM, handicapés.

        Créé en 1889, victime de spoliations sous l’occupation, réouvert en 1973, le musée a reconstitué ses collections. Il bénéficie depuis 2003 de l'appellation « musée de France ». L’ambition du musée de la franc-maçonnerie est de témoigner de l’influence maçonnique sur l’évolution de la société, de la citoyenneté et de la modernité. Les spécificités et les évolutions de la franc-maçonnerie ont laissé une empreinte qui se retrouve dans l’importance de l’iconographie et des objets préservés à travers le temps, dont le musée est dépositaire.



        On peut retrouver la richesse de l’architecture et de l’apparat des temples sur le site du musée : mobilier, décors et objets rituels ayant appartenu aux loges et aux maçons. Une importante collection de sceaux, bijoux, médailles, peintures, objets personnels comme des montres et des tabatières sont conservés, ainsi qu’un grand nombre de manuscrits, de patentes, de gravures, de livres d’architecture, de photographies. Parmi les pièces emblématiques : un portrait en pied du comte de Clermont, Grand Maître de 1743 à 1771 ; les « tabliers » de Voltaire ou de Jérôme Bonaparte, roi de Westphalie ; l’épée de « vénérable » de Lafayette.

        La plus belle collection de faïences à décors maçonniques du XVIIIe siècle ou de superbes « décors » (tabliers, cordons, sautoirs…) brodés ou peints avec les emblèmes et symboles des différents grades de l’ordre sont présentés à coté de quelques-uns des documents de la collection, comme une édition originale des Constitutions d’Anderson de 1723 ou différents manuscrits de la plus grande rareté.

        réservation franc-maçonnerie (CB, virement, chèque)
         visites en  février 2021 
        ____________________





        Jean-Luc Robert, relations avec le public
        06 80 63 33 58
        / 01 42 09 36 42 /06 78 31 56 53


        1 - Les visites d’OCTOBRE à FÉVRIER
        2 - Les visites de MARS à JUIN
        3 - Le CALENDRIER